Chocs et jaillissement

« Chocs et jaillissement, arêtes vives comme des lames tendues en avant pour fendre l’espace, éclats du métal comme des zébrures de lumière, qui, sur les volumes, en créent d’autres, paradoxaux, les sculptures de Robert Jacot-Guillarmod trahissent le besoin de prendre possession d’un espace, d’architecturer tout autant les pleins métalliques que les vides qui les entourent et les découpent. Ses sculptures sont comme les noyaux durs et impénétrables dans lesquels la matière s’est concentrée au maximum. Elles accumulent dans leurs carapaces d’aluminium, de laiton ou d’acier les énergies qu’elles ont captées autour d’elles avant de les rediffuser autour d’elles, transposées et comme magnétisées. … »

Françoise Jaunin, Critique d’art et journaliste culturelle